Rembrandt 12 février/17 mai 2015 Rijksmuseum

rembrandt

Bethsabée au bain et la lettre du Roi David, 1654, Rembrandt Harmensz van Rijn

Rétrospective. Late Rembrandt (ou Rembrandt tardif en français), les dernières années de création d’un des rares peintres que l’on nomme par son prénom. Promesse tenue. Sublime. Venue de Londres, l’exposition est imposante et le peintre chez lui. Des gravures, des dessins, des toiles écrasantes de beauté. Rembrandt puise son inspiration au cœur de sa maison, il se peint lui-même, prend la pose en Saint-Paul, croque son fils Titus et nous raconte des histoires comme celle de Bethsabée et du Roi David. Lettre à la main, Bethsabée quittera-t-elle son mari aux mots du roi fou d’amour ? Sa dernière servante se prête au jeu et nous offre une Bethsabée de chair, presque palpable.Une lumière éclatante, des visages marqués de rides, d’ombres. Une peinture vivante. De loin, certaines gravures deviennent photos, portraits instantanés. Du génie.

Bon à savoir : big expo = supplément, avec la museumkaart, pas de queue et 7.50 en plus, et sans 25 euros.

Rijksmuseum
Museumstraat 1
1071 XX ♥ Amsterdam

Tous les jours de 9h à 17h

 

VIVIAN MAIER / AMSTERDAM 7/11/2014 – 2/02/2015

vivianphoto 1 photo 2

Dans un monde abasourdi par la folie humaine, un peu de romanesque et de poésie sont les bienvenus.

L’histoire de Vivian Maier (1926-2009) est tellement inouie et inédite que je vous somme d’aller la découvrir au Foam d’Amsterdam. Nanny à Chicago, elle a pris des centaines de photos sans jamais les développer, sans jamais les voir. Dans sa boîte noire, elle a capturé des images fortes d’une Amérique quotidienne sans que personne ne le sache. Elle meurt dans l’oubli et est redécouverte par un type curieux de l’histoire de Chicago. Trésor découvert, le monde acclame. Des cadrages puissants qui nous en disent un peu plus sur elle, sensible aux détails, aux visages, aux regards et aux courbes du hasard. Pour une fois l’encadrement est réussi (j’aime insister sur ce point car je ne comprends toujours pas les tirages brillants épinglés du Foam).

Un regard doux, discret et narratif qui la raconte, seule, silencieuse.

A voir absolument,

Horaires / tous les jours 10h- 18h / nocturne les jeudi et vendredi jusqu’à 21h

Foam photography museum

Keizersgracht 609 ♥ 1017 DS Amsterdam
+31 (0)20 5516500

Portraits de dutch

hermitage

Musée de l’Hermitage, Amsterdam, annexe du musée de St Petersboug en Russie, en ce moment d’immenses « portraits de groupe » genre photos de classe du 17ème y sont présentés. Le Rijksmuseum et L’Amsterdam Museum ont prété des toiles exceptionnelles, peu vues car trop difficiles à exposer à cause de leur format. Première fois réunies ensemble, toutes ont le trait commun de montrer des hommes de leur époque comme des frères, complices, mangeant, discutant ou simplement posant. Certains ont l’air plus vrais que nature, regard frontal, collerette d’une précision extraordinaire, le tableau semble animé. Je note un goût prononcé pour les chaussures en cuir à talons et bride coquette ainsi que pour les tapis de table en guise de nappe ( un jour j’en parlerai plus en détail ). Musée aéré, circulation agréable et mise en valeur des tableaux avec un jeu de lumières inédit. Go !

Amstel 51

1001 GR Amsterdam

tous les jours de 10h à 17h, gratuit avec la museumkaart

Expo MODERN TIMES au Rijksmuseum


RIJKS PHOTOmodern time

Nouveauté 2014 : un espace photo au Rijks, rien de tel pour dynamiser les croûtes et les non croûtes. De la fraîcheur donc. Et pour inaugurer l’espace, une expo divisée en différents thèmes, street views, électricité, couleur. On y admire des photos de Brassaï, Ed van der Elsken, William Klein, Jacques-Henri Lartigue, Joel Meyerowitz (cf photo 3, Parade, NY) et j’en passe.

Encadrement : optimum +++

Espace: parfait +++

Sélection : photos rares et bien mises en valeur +++

Rijksmuseum, ouvert tous les jours de 9H à 17H / ♥ gratuit avec la Museumcard

Museumstraat 1
1071 XX Amsterdam
Telefoonnummer: +31 (0) 900 0745

du 1/ nov/ 2014 au 11/jan/2015Joel-Meyerowitz-Parade-1963

Sint-Maarten, la fête des lumières

stmartin
Aujourd’hui, 11 novembre, pour les Français, c’est l’armistice, pour moi l’anniversaire de Reb et pour les dutch la célébration de la Saint-Martin. Le Martin en question, selon la légende flamande, né en Hongrie, évêque de Tours, multiculturel avant l’heure, aurait perdu son âne un soir d’ivresse (non, de prêche) et les enfants du coin l’aurait retrouvé grâce à leurs lampions. Martin, trop sympa, pour remercier les petits, transforme toutes les crottes de l’âne en brioches…Weird mais pourtant vrai. Donc, en souvenir de ce miracle -un brin scato- les enfants décorent des lampions et chantent dans la rue de portes en portes en échange de bonbons ou de mandarines.

C’est une fête très très populaire ici, les enfants préparent leurs lampions en classe et répètent leurs chansons. L’ancêtre de Halloween en fait, en plus poétique. Donc ce soir de 11 novembre préparez-vous à entendre de doux chants et donnez à vot’boncoeur à ces braves petits. Reb, Happy Birthday, en lumière donc.